Le fort de Tournoux

Implanté sur un éperon rocheux

La forteresse de Tournoux est composée de plusieurs forts s’échelonnant sur 700 mètres de dénivelée.

Elle fût construite au milieu et fin du XIXe siècle pour verrouiller le débouché du col de Larche.

Elle est composée de :

  • L’Esplanade « Pellegrin » (1 290 m),
  • La batterie B12 (1 350m),
  • Le fort moyen (1 500m),
  • Le fort supérieur (1 700m),
  • La batterie des Caurres (1 800m),
  • Le serre de l’Ault (2 000m).

Sa construction débute en 1843 par les forts moyen et supérieur, achevés en 1865 auxquels s'ajoute la batterie des Caurres en 1880.

Implantées sur un éperon rocheux, au confluent des vallées de l'Ubaye et de l'Ubayette (voie d'accès à l'Italie), les constructions du fort attirent immanquablement l'attention par leur importance et leur implantation quasi tibétaine s'étalant sur près de 700 mètres de dénivelée.

Le fort supérieur, encastré dans la roche, offre une façade dont la simplicité d'architecture est rehaussée par l'emploi du marbre de Serennes. Quant au visiteur qui s'approche par le village de Tournoux, il se trouve bientôt devant les larges fossés de type Vauban qui protègent la batterie des Caurres.

Poursuivant plus haut, il découvrira à plus de 2000 mètres le fortin du Serre de l'Aut où la vue embrasse tout l'horizon. Cette position le destinait à être l'un des maillons d'une chaîne de transmissions optiques reliant Briançon à Toulon.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, le fort, arrière-poste, tira 500 coups de canon, son baptême du feu.

Par mesure de sécurité et en raison de chûtes de pierres conséquentes, le fort de Tournoux est momentanément fermé au public, sur décision de la Communauté de Communes, propriétaire du site.

Vous pouvez cependant venir le comtempler depuis l'esplanade Pellegrin, au pied du fort, 1 km après la Condamine.